Stella

Strida

Talbot

Trek 

 

 

Michaux

Monty

Motobécane

Muzzy Cycle

 Muzzy Cycle 

 

Orbea 

 

Pedersen 

 

Peugeot 

Piton 

Polchlopek 

Porsche 

Profica 

Renault 

Sgandura 

Softride 

 

 

 

 

Jourcent

Kestrel

Laiti

 Laiti 

 

Lejeune 

Look 

Lowrider 

 

Lucer

 

Magnat Debon 

 

MBK 

 

Mecacycle 

Meral 

Mercedes 

Mercier 

Merckx 

 

 

Corima 

Dedacciai 

Desoeuvre 

Dilecta 

Excipio 

Fourmond 

Giant 

Gitane 

Gnome et Rhone 

Hautiprod 

Hilman 

Hoel 

Itera 

JBB 

 

 

 

Alan 

Anquetil 

Antonin Magne 

Bambooclette 

Bianchi 

Bickerton 

BMW 

Bobet 

Buddy-Bike 

C4 

Clément 

Colnago 

Continental 

Corbeau 

CYCLOV marque déposée ©  2017- 2020 tous droits réservés, y compris images, textes et graphismes - Tous droits réservés - mentions légales - Conception : Cyclov ©  

modèle déposé reproduction interdite 

MICHAUX - 1860 (France) 

Apprenti serrurier dès l'âge de 14 ans, Pierre Michaux se fait embaucher chez un carrossier. Il fondera une entreprise de carrosserie à Saint-Brieuc avant de s'installer à Paris, Rue Godot-de-Mauroy, en 1850. En 1861, un événement fortuit, qui sera raconté par son plus jeune fils Francisque, va changer la fortune de l'affaire familiale. Ernest, un des 4 fils de Pierre, âgé alors de 19 ans ayant trouvé fatigant pour les jambes l'usage d'une draisienne, eut l'idée d'adapter un repose-pieds sur la roue avant. Il en parla à son père qui lui conseilla d'adapter plutôt une manivelle qui permettrait de faire tourner la roue. La pédale était trouvée. D'autres modifications suivent également : l'ajout d'un frein et puis le doublement du diamètre de la roue avant. 

La fabrication commence avec deux vélocipèdes puis d'une centaine de vélocipèdes à pédale en 1862 tellement l'engouement pour cette nouvelle invention est grand. De 1867 à 1870, c'est l'apogée du vélocipède, la compagnie Michaux emploie 300 ouvriers pour produire deux cents vélocipèdes par jour ; mais la famille doit en céder le contrôle aux frères Olivier, deux jeunes ingénieurs passionnés par le vélocipède. Elle devient la Compagnie Parisienne des Vélocipèdes. 

La guerre de 1870 et le siège de Paris vont irrémédiablement ruiner la famille Michaux. Ernest meurt en 1882, Pierre le père meurt en 1883 à Bicêtre. Un autre frère, Henry, participera à une modeste fabrique de bicyclette, les Cycles Henry Michaux.